LE VILLAGE MODAL – 1

n°8 – PASTEL n°55 / avril 2005

Si les langues du monde ont droit de cité sur le net, les différents systèmes de penser la musique existent tout autant, et le nombre de sites traitant du sujet est proche de l’infini (j’exagère à peine). J’ai choisi de parler d’un site francophone — auquel beaucoup d’autres sont liés — très complet sur la question ; il s’agit du site de Jean-Pierre Poulin, “la petite encyclopédie des échelles et des modes”.

poulin.jpg

http://www.jeanpierrepoulin.com/
Très documenté, parfois indigeste (il faut vraiment s’initier à l’unité de mesure “Bohlen-Pierce”), c’est en fait la vitrine d’un livre-CD publié à compte d’auteur, une manière d’entrer dans le monde des modes. Outre le tempérament égal flanqué de ses deux éternels modes majeur et mineur que nous connaissons bien, il y est fait mention d’autres “manières de voir” le spectre sonore (voir les liens) :

broekaert.jpg

http://home.tiscali.be/johan.broekaert3/Tuning_French.html (en néerlandais, anglais & français)
Ce site belge didactique initie l’internaute aux différents tempéraments et aux modes qui en découlent. On n’y apprendra pas que Pythagore était le gourou d’une secte mais on y trouvera des éclaircissements sur son tempérament…

http://etiop.free.fr/music.htm :
Ceci est la “rubrique musicale de Laurent Gautier”, autre site intéressant, qui reprend la théorie à zéro : “le tempérament égal n’aurait pas pu voir le jour si le mathématicien Neper n’avait inventé le logarithme en 1614” (…) l’informatique non plus, d’ailleurs…
Jean-Pierre Poulin renvoie à de nombreux liens, même les plus improbables :

proteodies.jpg
http://bekkoame.ne.jp/~dr.fuk/ (en japonais, anglais & français)
…ou comment on traduit de la musique en protéines, soit pour inhiber, soit pour exciter les plantes… une alternative bienvenue à l’utilisation de traitements chimiques et aux plantes transgéniques. Il n’y a malheureusement pas d’extrait à écouter…

armodue.jpg

http://www.armodue.com (en italien)
Mais si vous voulez voyager au pays des microtons, je vous recommande l’écoute, dans le site Armodue, d’une guitare et d’un synthé à l’octave hexadécaphonique (divisée en 16 parties égales). C’est surprenant au début, puis peu à peu on se prend au jeu. Mais le problème reste toujours de faire coïncider pusieurs notes avec ce genre de tempérament. Une nouvelle oreille est nécessaire car ces facteurs d’instruments nous offrent de nouvelles expériences ; ils sont peut-être en avance sur leur temps, mais le fait de s’obstiner sur une division égale d’octave, qu”elle soit de 12 ou de 16, limite tout de même à un type de répertoire (ici, assez “new age”, il faut dire).

winchester.jpg

http://web.mit.edu/randy/www/Music/comets.html (en anglais)
Cependant quand on s’amuse à partager l’octave successivement en 16, 7, 8, 10, 15 ou 22 tons égaux sur cette page du Massachusetts Institute of Technology, il faut s’attendre à des résultats quelque peu extra-terrestres. De plus ces démos sont “salies” par des effets de phaser pour “embrouiller” notre oreille avec des harmoniques… Mais quel instrument mieux que le synthétiseur, avec une banque de sons quasiment illimitée, peut-il répondre de manière adéquate à cette nouvelle manière de diviser le spectre ?




    Répondre

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :