BRUITEUX, SONDIERS & BRICOLOS

n°19 – Pastel n°66 / novembre 2010

À partir de la Renaissance, l’exigence de plus en plus vivace d’une musique académique a relégué au grenier vièles à archet autoconstruites et autres chalémies et cornemuses aux sons sulfureux… la lutherie en Occident est devenue affaire de spécialistes du tempérament égal. On savait que le monde des musiques traditionnelles, quant à lui, oral par essence, se stimulait notamment par la construction d’instruments… et si on considère que la tradition est un développement (au pire une continuité « adaptée », ce qui revient finalement au même), la calebasse devient bidon d’huile, le boyau corde à linge et, grâce à Alain Cadeillan, la branche de buis tournée balai en PVC. Il inventa en effet au début des années 80 le polyvinyledechlorurophone (sorte de clarinette basse démocratique) ; il sévit plus que jamais aujourd’hui, et on peut croiser son chemin entre autres sur la Ligue des Utopistes Non Alignés.

La Toile est devenue riche, très riche de recyclages, prises de conscience et anti-jetables de toutes catégories depuis quelques années, où il est admis par tout un chacun qu’il est urgent de ne plus gaspiller et de consommer « intelligent ».
Et le son fait partie du lot : la palette des bruits dont nous disposons aujourd’hui était déjà annoncée dans L’Art des bruits de Luigi Russolo au début du xxe siècle. À nous de la restituer non seulement avec l’économie de moyens qu’impose l’environnement naturel (par exemple Jean-Pierre Lafitte s’y emploie très bien depuis longtemps) mais aussi – et ce plus que jamais – par le génie ravageur et l’humour bricoleur (force est de constater que les deux font toujours bon ménage dans ce domaine…) de certains musiciens.
Max Vandervorst a même publié un ouvrage (Nouvelles lutheries sauvages), plus spécifique que celui de G. Nicollet et V. Brunot, Les chercheurs de sons, qui fait une tentative de recensement des doux dingues. Et bien sûr n’allez pas dire qu’un DJ ne fait pas de la musique… Alain de Filippis propose avec son DJ Archaik et ses samples sur Teppaz et gramophones une esthétique steampunk très jubilatoire…

Mais ces néo-luthiers ont aussi des besoins : http://windworld.com est un ensemble de « ressources pour la fabrication d’instruments inhabituels »… Très varié : on y retrouve notamment Reed Ghazala, déjà évoqué ici-même en tant que « bruiticien » et quelques réalisations surprenantes (arbres à huit cents cordes, tuyaux striés harmoniques, sirènes d’alarme musicales…), des éléments de construction à commander en ligne…
Enfin, je recommande ce blog très complet : http://chercheursdesons.hautetfort.com (« lutherie expérimentale ») qui par ses nombreux liens est une somme dans ce domaine. Franchement, prévoir du temps : à part quelques-uns qui sont brisés ou hors d’actualité, ces liens sont tous aussi passionnants les uns que les autres.




    Répondre

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :